Cayenne

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Et voilà, le jour tant attendu est enfin arrivé, après 3 ans de formations et de préparation à cette aventure je m’envole enfin pour la Guyane. J’ai du attendre la fin de ma formation en soins infirmiers et la remise du diplôme pour enfin rejoindre Florence à Cayenne qui travaille en tant que manipulatrice en électroradiologie dans une clinique depuis 3 mois maintenant !

[button url=’http://clk.tradedoubler.com/click?p=224458&a=2829945&g=20638270′ icon=’entypo-flight’ fullwidth=’true’]Les vols vers la Guyane au meilleur prix ![/button]
[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]



Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Mon vol de 9 heures en direction de la Guyane s’est passé sans encombre. Enfin, si on oublie que je me suis trompé de train, je suis quand même arrivé à Paris en temps et en heure (avec juste un peu de retard !). Après une escale d’une petite heure à Pointe à Pitre, j’ai pu atterrir à l’aéroport Félix Eboué de Cayenne un dimanche en fin d’après-midi.

let’s go for some adventure ! #travel #Latinotrip

Une photo publiée par Floetyo (@floetyo) le

La première chose surprenante en arrivant en Guyane est clairement la chaleur humide qui vous accable à peine sortie de l’avion. Une fois sur le tarmac,  on quitte donc rapidement son pantalon et ses chaussettes pour revêtir la tenue locale, à savoir : short, t-shirt et tongs !

Ayant reçu en cadeau de ma maman une (belle) tendance à faire de l’asthme, j’ai eu très rapidement l’impression de chercher mon air ici. Mais pour en avoir parlé après coup avec notre colocataire à Cayenne, c’est une question d’habitude apparemment 🙂

Florence m’attend de pied ferme à l’aéroport et après avoir récupéré mes bagages, nous prenons la direction de Cayenne grâce à la voiture que son radiologue a bien voulu nous mettre à disposition.

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]
Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Moi qui n’aime pas vraiment la climatisation en voiture, je découvre qu’elle est vraiment indispensable ici. En fonction de l’heure de la journée et de la température ambiante, l’air est vraiment chaud et pesant.

A cela il faut ajouter la pluie incessante en cette période, qui ne permet pas de rouler les vitres ouvertes. Il faut donc rouler les vitres fermées et c’est la buée assurée dans toute la voiture, pas le choix la climatisation tourne donc à fond. Malgré tout, mon regard est porté vers le paysage qui m’entoure, la nature est abondante ici, les arbres, la forêt est luxuriante, tout est vert ici, rien ne me semble familier même si sur le papier nous sommes en France. Je comprend vite que le parc Amazonien de Guyane n’est pas loin.

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Cayenne, de la fôret à la ville capitale

Étant originaire de l’ile de la Réunion je remarque que les paysages sont encore plus verdoyants que dans ma ville natale Saint-Benoit : ville des eaux vives et des forêts primitives ! Sur notre route nous croisons également pas mal de lotissement et des maisons colorées typiques d’ici. Pas ou peu de grande tour, uniquement des maisons et des logements de 4 ou 5 étages.

Je remarque aussi que le vélo et le scooter sont les véhicules de prédilections des Guyanais, c’est un balai quotidien et incessant, le jour sans casque et la nuit sans éclairage. La prudence est de mise, car il peut en arrivée de tous les côtés, de plus les routes ne sont pas ou peu éclairées ce qui ne facilite pas les choses. Chose « cocasse », il n’est pas rare de se faire doubler par des scooters  qui arrive par la droite (mais aussi par la gauche), il faut donc faire preuve d’une attention de tous les instants, surtout la nuit.

Il y a beaucoup de commerces à Cayenne, des noms de grandes enseignes que l’on peut retrouver en France Métropolitaine (Proxi, Express market, 8 à 8…), mais qui sont tous tenus par la communauté Chinoise. Leur nombre est vraiment très impressionnant, mais aussi leurs plages horaires d’ouverture : 6H00-20H00 pour certain.

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Cayenne c’est un peu L’ile de la Reunion de mon enfance

Je retrouve en Cayenne, l’ile de la Reunion que j’ai quitté dans les années 90. Tant par les noms de ces boutiques, que par les caisses tenues par la communauté chinoise, mais aussi dans la disposition des produits. Ceux qui ont grandi à l’ile de la Reunion savent de quoi je parle. J’ai l’impression que le temps s’est arrêté ici, pas vraiment au niveau des voitures qui circulent à Cayenne, mais plutôt cette ambiance générale qui y règne au quotidien. La Guyane me rappelle confusément la Réunion de la belle époque, cette période où elle était encore préservée de toutes ces grandes chaines de magasins. C’est donc avec un certain sentiment alliant nostalgie et engouement que je découvre cet emblème qui est la fameuse boutique chinoise et les ventes aux détails.

Dans ces rayons, je découvre alors l’amour que porte les Guyanais pour les jus de fruit en tout genre : Awara, maracudja, prune de Cythére, fruit du dragon (pithaya)…Je découvre et mange mon premier « Floup » (une glace à l’eau) en déambulant dans les rues du centre, puis je me laisse porter par la brise de Cayenne qui se dévoile peu à peu à moi avec ce qu’elle à de plus beau à offrir. 

Pour le repas du soir, nous prenons la direction de la place des Palmistes dans le centre de Cayenne pour y découvrir le fameux Madras local. C’est un sandwich à base de steack haché, oeuf, piment, salade, oignons dans un pain rond brioché (équivalent à la macatia à la Reunion). Pour moi ce sera plutôt le super Madras chez le spécialiste de la place : Momo !

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]



Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

cayenne-7079

cayenne-0118471

Cayenne-4531

Cayenne-4574

cayenne-4601

Encore sous le coup des 5 heures de décalage horaire, cette semaine s’annonce néanmoins chargée : balade de nuit sur les marais de Kaw à la rencontre des caïmans avec la société Dig Di lo, découverte de la communauté Hmong dans le village de Cacao, assister à un lancement de la fusée Ariane 5 à Kourou, à la recherche d’encore plus de dépaysement dans la ville de Saint-Laurent-du-Maroni…

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]