Vidéos de voyages

Journal de bord en direct du Brésil : #Vlog 3

Après plus d’un mois et demi au Brésil, nous prenons en fin le temps de publier ce 1er #vlog journal de bord en direct du Brésil (plus précisement de la ville de Pipa, ou nous sommes depuis plusieurs jours). Voyageurs-nomades- ou non, écrire des articles sur la route est relativement difficile pour nous. Etant completement nomades, le quotidien est plus complexe et prend plus de temps, chercher de l’eau tous les 2 jours, trouver un endroit calme et sécure pour chaque nuit, d’autant plus dans un pays réputé comme dangereux…Bref, nous aurons le temps d’en re-parler dans un prochain article.

La BR 156

Vous vous en être rendu compte avec nous, cette route bien que passable en saison séche est difficiliement praticable en saison humide. Avec les 100km de piste qu’elle comporte jusqu’a la ville de Macapa, notre VW T4 Syncro n’est hélas pas revenue indemne de cette premiére partie du voyage…
Lire l’article sur la BR 156
br 156-7383

Le fleuve Amazone

Pour rejoindre la ville de Bélem depuis Macapa, il n’existe qu’une seule voie : la voie fluviale ! Vous embarquez votre véhicule sur un bateau pour 24 à 48 heures de traversée sur le fameux fleuve Amazone. Un moment inoubliable !
Lire l’article sur la ville de Macapa
Santana-7566

1 nuit dans la ferme de Nazareth et Genilson

Sur notre route nous aimons dormir en pleine nature dans des lieux magique qui permettent de se reposer et se recentrer en toute tranquilité. Mais un voyage n’est rien pour nous s’il n’est pas ponctué de rencontre et découverte de la culture du pays que nous parcourons. En essaue autant que possible de dormir chez l’habitant et c’est comme cela que nous nous sommes retrouvés dans la ferme de Nazareth et Génilson.
Castanhal-7792

Le marco zero dans la ville de Macapa

Macapa est la seule capitale d’état du Brésile qui se voit traversé par la ligne de l’équateur. En vous rendant au monument du Marco Zero vous aurez l’ocasion de passer de l’hémiphére nord à l’hémisphére sud en faisant 1 petit pas !
Macapa-7461

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°2 en Guyane

Deuxième édition de notre série de vidéo journal de bord #Vlog en direct de la Guyane. Nous avons tourné ce deuxième opus dans la ville de Saint-Laurent-du-Maroni face à la ville d’Albina au Suriname. Pour rappel, nous voulions tourner une série de vidéo qui vous raconte notre quotidien pendant notre tour de L’Amérique du Sud. Au programme de cette édition donc : le Fleuve Cayenne, le village de Cacao, le marché de Cayenne, le village de Camopi et notre rencontre avec un paresseux !

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°2 en Guyane

Bloqué dans le sable  au fleuve Cayenne

Revivez avec nous notre premier ensablage au bord d’un fleuve Cayenne. Rien de bien stressant (ça dépend pour qui…), un mini ensablage qui nous a permis de reviser un peu les basics et surtout savoir comment agir dans ce genre de cas.

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°2 en Guyane

Le village de Cacao

Le village de Cacao est un village qui est habité par la communauté Hmong depuis les années 70. Yohan a d’ailleurs eu l’occasion d’en parler pendant l’émission Allo la Planète au mois de septembre. Pour relire l’article et écouter l’intervention de Yohan, ca se passe ici. 

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°2 en Guyane

Le marché de Cayenne

Le marché de Cayenne est un endroit incontournable de Guyane où il est possible de découvrir l’ensemble des saveurs de Guyane.
cayenne-4642

Le village de Camopi

Grâce à une super opportunité, Florence a eu la chance de visiter le village amérindien de Camopi qui est uniquement accessible par avion ou par pirogue.
Camopi-5006

Rencontre avec un paresseux

La Guyane c’est aussi ça ! Se balader en voiture dans un sentier peu fréquenté et tomber nez à nez avec un paresseux ! Une rencontre inoubliable !

paresseux1
 
Vous pouvez aussi découvrir ou redécouvrir le VLOG1 ici.

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°1 en Guyane

Actuellement en Guyane, nous trouvions qu’il manquait un petit quelque chose à cette aventure pour la rendre encore plus vivante et interactive. Comme vous le savez, au cours de nos pérégrinations,  nous avons à chaque instant, une caméra et un appareil photo greffés à chaque main. Alors écrire des articles c’est bien, prendre des photos c’est top, mais découvrir le tout en vidéo, il n’y a rien de plus immersif ! Souhaitons donc la bienvenue à notre premier Vlog (la contraction de vidéo blog).

Notre journal de bord en vidéo : #Vlog n°1 en Guyane

Beaucoup de vent pour cette première vidéo tournée sur la plage des Salines à Cayenne. Nous n’avons pas encore reçu notre micro-cravate, c’est donc avec notre bon vieil enregistreur numérique posé sur un trépied que nous avons pu enregistrer nos voix. Vous remarquerez aussi une sorte de freeze de temps à autre sur nos vidéos, c’est en partie liée à l’humidité ambiante en Guyane. En espérant qu’il tienne le coup jusqu’au bout  !

Nous avons beaucoup ri lors de ces premières prises, les passants aussi je pense, j’espère que vous apprécierez à votre tour. Le concept est simple : nous lançons des sujets et nous vous livrons nos impressions à chaud. Dans cet épisode nous allons vous parler : de la crique Patate, de fusée, de Tortues, de Madras mais aussi des marais de Kaw.

Sortie tout terrain à la crique Patate

La crique patate est un endroit non loin de Kourou, qui permet de se baigner dans une eau douce et rafraichissante. Le seul hic (hormis les ordures qui jonchent le coin) est le petit chemin qui permet d’accéder à la fameuse crique. Alors que la majorité des véhicules s’arrêtaient devant le début des crevasses et de la boue, nous avons pris notre courage à 2 mains pour aller jusqu’au bout du chemin qui mène à la crique. Un moment fort sympathique (pas pour Florence !).

crique patate-4745

patate-4756

Lancement de fusée Ariane

La Guyane est aussi connue pour assister aux fameux décollages de la fusée Ariane. En ce moment c’est chaque mois que s’envole dans le ciel Guyanais une fusée pour mettre en orbite des satellites qu’ils soient Français ou Russe. Sur les différents sites du Centre Spatial Guyanais décolle 3 types de fusées : Ariane, la plus connue, car elle est Française, Soyouz, la fusée Russe et enfin Vega, la fusée Italienne. C’est donc un événement auquel on voulait assister depuis longtemps, on vous embarque avec nous pour voir cet événement emblématique de la Guyane. Cette fois-ci ça se passe au Mont Carapa.

Kourou-4299

A la recherche des Tortues Luth

La nuit en Guyane, entre avril et juillet, on peut assister à un spectacle incroyable sur les plages du département : le balai des grosses tortues luths. Les plus grosses Tortues Marines du Monde sortent de l’eau chaque année à la même période pour pondre leurs oeufs dans un doux nid de sable. C’est donc armé de notre frontal à la lumière rouge improvisée et notre caméscope en mode Nigthshot que nous nous sommes allés à la recherche de ces tortues sur les différentes plages de Cayenne.

cayenne-4613

Marais de Kaw

Pour Florence comme pour moi, cette excursion au notre marais de Kaw est notre premier vrai contact avec la faune de Guyane. C’est en pirogue que nous plongeons en immersion dans la magnifique réserve naturelle des marais de Kaw. Au programme : découverte du village de Kaw, recherche des caïmans noirs et observation des oiseaux de Guyane dans leurs habitats naturels.

Kaw-3917
 

Le Madras et la place des Palmistes

La place des Palmistes est la place centrale de Cayenne, une immense place pleine de palmiers, Pluto calme la journée, mais qui s’anime une fois la nuit venue. Ici on vient en famille passer la soirée, on mange des glaces, mais surtout le fameux sandwich Madras. On le déguste dans des tribunes tout autour de la place et on regarde les enfants courir sur le terrain central. Même si ce n’est pas vraiment équilibré, c’est clairement notre spot favori de restauration !

cayenne-4624

Kourou-4052
 
 
 
 

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Pour cette première balade en Guyane nous décidons de partir en excursion dans la magnifique réserve naturelle des marais de Kaw. Pour cela, nous avons choisi de faire confiance à la société Tig Dilo qui propose des excursions jusqu’à la nuit tombée pour observer les caïmans dans leur habitat naturel dans le marais du même nom. Direction donc le degrad de Kaw pour une balade de 6 heures à pirogue à travers les marais pour y découvrir le village de Kaw, les caïmans noirs et les oiseaux de Guyane dans leurs habitats naturels.

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Après avoir choisi et réservé notre excursion sur le site de Tig Dilo, nous prenons la direction des marais de Kaw situés à environ 1h30 de Cayenne. Pour vous y rendre c’est très simple il suffit de prendre la direction de la ville de Roura et de tourner à gauche au niveau de l’école élémentaire. Une fois à ce niveau, des panneaux vous indiqueront clairement la route du marais (panneau publicitaire Tig Dilo).

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Pour Florence comme pour moi, c’est notre premier vrai contact avec une forêt de type équatoriale, les bruits environnants sont assez dingues et vous captivent au point de s’arrêter au bord de la route pour simplement arrêter toute activité et écouter. Une fois sur le bas côté de la route et après s’être aspergé de cinq sur cinq, le cocktail local contre les moustiques, on tend l’oreille pour capter ces bruits envoutants. C’est d’ailleurs l’occasion parfaite pour sortir notre enregistreur numérique pour enregistrer la faune, morceau choisi :


Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Nous reprenons la route en direction du marais, ou plutôt du Degrad de Kaw. Pas grand-chose au niveau de l’embarcadère (le Degrad), juste un abri pour vous mettre à l’ombre et patienter en attendant l’arrivée du guide. Nous sommes un peu en avance, on explore donc les environs. Si on est attentif, on peut déjà apercevoir les premiers oiseaux au bord du marais.

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo
Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo Balade sur les marais de Kaw avec Tig Di lo

Une fois le guide arrivé au Degrad, nous prenons place à bord d’une longue pirogue pour cette excursion de 6 heures. Avec Florence nous sommes assis à l’avant, c’est vraiment l’emplacement parfait pour profiter du paysage incroyable et inattendu qu’offrent les marais de Kaw. De plus la pirogue est hyper confortable, il y a des coussins sur l’assise et notre guide Guillaume a même prévu des bidons étanches pour nos appareils photo en cas de pluie et quelques capes de pluie en dépannage. Une fois installé à bord, direction la première étape : le village de Kaw.

Kaw, un village uniquement accessible en pirogue

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Le village de Kaw est une bourgade de 50 habitants à peine. Le village est pittoresque avec ses maisons construites à la créole. D’ailleurs notre guide Guillaume nous apprend que des rénovations sont en cours, car le tournage d’un film est en préparation. En parcourant les ruelles, on découvre une petite mairie, une vieille cabine téléphonique, mais notre attention est immédiatement portée sur le centre de soin du village. 1 infirmière, 1 médecin présent une fois par semaine, en cas  d’urgences c’est le centre 15 de Cayenne qui est chargé de coordonner les soins.

Dans le village, les habitants vendent quelques gâteaux (à l’ananas notamment, un pur délice !) et des boissons. Il y a aussi des petits restaurants et quelques boutiques. Face au marais, vous aurez peut-être plus de chance que nous et vous pourrez visiter l’écomusée (fermé lors de notre passage). C’est la période des vacances scolaires, les enfants jouent dans les rues.

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Dilo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Di lo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Di lo

Balade sur les marais de Kaw avec Tig Di lo

Kaw-3917

Kaw-3911

Kaw-3950

Marais de kaw-Roura, deuxième plus grande réserve naturelle de France

Une fois la visite du village terminée, nous reprenons place à bord de notre pirogue pour remonter le marais de Kaw. La biodiversité dans le marais est incroyable, la réserve abrite des espèces rares et protégées. La promenade en pirogue permet de grands moments d’émotion grâce à un contact très proche avec la faune locale et notamment le soir avec les caïmans. Heureusement que notre Guide a l’oeil, car la faune est très discrète : il nous montre où sont les oiseaux, zébus autour du village, cabiaï (le plus gros rongeur au monde, il peut peser jusqu’à 70 kilos) et le clou du spectacle : les caïmans à lunettes.

Lors de cette balade en pirogue, on se laisse envahir par la nature et ses bruits, absorbé par l’envol majestueux des hérons Cocoïs… rêveurs devant les reflets changeants sur les marais. Sur le marais, je crois que ce sont finalement les Zébus qui m’ont le plus fasciné. On ne s’attend pas à les voir ici. Ce marais est plein de surprises. Ces « vaches aquatiques » broutent les herbes au milieu de l’eau et rentrent à l’étable à la nage le soir venu.

Kaw-3986

Kaw-3998

Kaw-3878

Kaw-4014

Kaw-3938

Avec la nuit, on découvre tout un florilège de bruits dont, si vous êtes chanceux, le cri des singes hurleurs qui résonnent en écho dans tout le marais.

Beaucoup de gens vous diront que cela reste un site incontournable à voir en Guyane, je suis d’accord. Si vous aimez la nature, vous serez émerveillé parce que vous allez voir à Kaw. Nous avons eu la chance de partager cet endroit hors du temps avec un guide passionné et responsable de Dig Dilo. On en a pris plein les yeux !

[infobox title=’Bon à savoir’]

Pour en savoir plus :

– Le site internet www.tigdilo.fr

– Tarif du circuit caïmans (16h00-22h00) : 55 euros / adulte

Réservation par téléphone au 0694 902728 ou 0694 433081

Les contacter par mail  tigdilo@hotmail.fr 

– Le site du marais de kaw

N’oubliez pas de prévoir un léger pull pour la nuit. Votre K-way ainsi qu’une cape de pluie sont les accessoires à ne pas oublier dans votre sac à dos ![/infobox]

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Et voilà, le jour tant attendu est enfin arrivé, après 3 ans de formations et de préparation à cette aventure je m’envole enfin pour la Guyane. J’ai du attendre la fin de ma formation en soins infirmiers et la remise du diplôme pour enfin rejoindre Florence à Cayenne qui travaille en tant que manipulatrice en électroradiologie dans une clinique depuis 3 mois maintenant !

[button url=’http://clk.tradedoubler.com/click?p=224458&a=2829945&g=20638270′ icon=’entypo-flight’ fullwidth=’true’]Les vols vers la Guyane au meilleur prix ![/button]
[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]



Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Mon vol de 9 heures en direction de la Guyane s’est passé sans encombre. Enfin, si on oublie que je me suis trompé de train, je suis quand même arrivé à Paris en temps et en heure (avec juste un peu de retard !). Après une escale d’une petite heure à Pointe à Pitre, j’ai pu atterrir à l’aéroport Félix Eboué de Cayenne un dimanche en fin d’après-midi.

let’s go for some adventure ! #travel #Latinotrip

Une photo publiée par Floetyo (@floetyo) le

La première chose surprenante en arrivant en Guyane est clairement la chaleur humide qui vous accable à peine sortie de l’avion. Une fois sur le tarmac,  on quitte donc rapidement son pantalon et ses chaussettes pour revêtir la tenue locale, à savoir : short, t-shirt et tongs !

Ayant reçu en cadeau de ma maman une (belle) tendance à faire de l’asthme, j’ai eu très rapidement l’impression de chercher mon air ici. Mais pour en avoir parlé après coup avec notre colocataire à Cayenne, c’est une question d’habitude apparemment 🙂

Florence m’attend de pied ferme à l’aéroport et après avoir récupéré mes bagages, nous prenons la direction de Cayenne grâce à la voiture que son radiologue a bien voulu nous mettre à disposition.

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]
Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Moi qui n’aime pas vraiment la climatisation en voiture, je découvre qu’elle est vraiment indispensable ici. En fonction de l’heure de la journée et de la température ambiante, l’air est vraiment chaud et pesant.

A cela il faut ajouter la pluie incessante en cette période, qui ne permet pas de rouler les vitres ouvertes. Il faut donc rouler les vitres fermées et c’est la buée assurée dans toute la voiture, pas le choix la climatisation tourne donc à fond. Malgré tout, mon regard est porté vers le paysage qui m’entoure, la nature est abondante ici, les arbres, la forêt est luxuriante, tout est vert ici, rien ne me semble familier même si sur le papier nous sommes en France. Je comprend vite que le parc Amazonien de Guyane n’est pas loin.

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Cayenne, de la fôret à la ville capitale

Étant originaire de l’ile de la Réunion je remarque que les paysages sont encore plus verdoyants que dans ma ville natale Saint-Benoit : ville des eaux vives et des forêts primitives ! Sur notre route nous croisons également pas mal de lotissement et des maisons colorées typiques d’ici. Pas ou peu de grande tour, uniquement des maisons et des logements de 4 ou 5 étages.

Je remarque aussi que le vélo et le scooter sont les véhicules de prédilections des Guyanais, c’est un balai quotidien et incessant, le jour sans casque et la nuit sans éclairage. La prudence est de mise, car il peut en arrivée de tous les côtés, de plus les routes ne sont pas ou peu éclairées ce qui ne facilite pas les choses. Chose « cocasse », il n’est pas rare de se faire doubler par des scooters  qui arrive par la droite (mais aussi par la gauche), il faut donc faire preuve d’une attention de tous les instants, surtout la nuit.

Il y a beaucoup de commerces à Cayenne, des noms de grandes enseignes que l’on peut retrouver en France Métropolitaine (Proxi, Express market, 8 à 8…), mais qui sont tous tenus par la communauté Chinoise. Leur nombre est vraiment très impressionnant, mais aussi leurs plages horaires d’ouverture : 6H00-20H00 pour certain.

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Cayenne c’est un peu L’ile de la Reunion de mon enfance

Je retrouve en Cayenne, l’ile de la Reunion que j’ai quitté dans les années 90. Tant par les noms de ces boutiques, que par les caisses tenues par la communauté chinoise, mais aussi dans la disposition des produits. Ceux qui ont grandi à l’ile de la Reunion savent de quoi je parle. J’ai l’impression que le temps s’est arrêté ici, pas vraiment au niveau des voitures qui circulent à Cayenne, mais plutôt cette ambiance générale qui y règne au quotidien. La Guyane me rappelle confusément la Réunion de la belle époque, cette période où elle était encore préservée de toutes ces grandes chaines de magasins. C’est donc avec un certain sentiment alliant nostalgie et engouement que je découvre cet emblème qui est la fameuse boutique chinoise et les ventes aux détails.

Dans ces rayons, je découvre alors l’amour que porte les Guyanais pour les jus de fruit en tout genre : Awara, maracudja, prune de Cythére, fruit du dragon (pithaya)…Je découvre et mange mon premier « Floup » (une glace à l’eau) en déambulant dans les rues du centre, puis je me laisse porter par la brise de Cayenne qui se dévoile peu à peu à moi avec ce qu’elle à de plus beau à offrir. 

Pour le repas du soir, nous prenons la direction de la place des Palmistes dans le centre de Cayenne pour y découvrir le fameux Madras local. C’est un sandwich à base de steack haché, oeuf, piment, salade, oignons dans un pain rond brioché (équivalent à la macatia à la Reunion). Pour moi ce sera plutôt le super Madras chez le spécialiste de la place : Momo !

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]



Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

Nouveau boulot, nouvelle vie : mon arrivée à Cayenne en Guyane !

cayenne-7079

cayenne-0118471

Cayenne-4531

Cayenne-4574

cayenne-4601

Encore sous le coup des 5 heures de décalage horaire, cette semaine s’annonce néanmoins chargée : balade de nuit sur les marais de Kaw à la rencontre des caïmans avec la société Dig Di lo, découverte de la communauté Hmong dans le village de Cacao, assister à un lancement de la fusée Ariane 5 à Kourou, à la recherche d’encore plus de dépaysement dans la ville de Saint-Laurent-du-Maroni…

[button url=’https://www.facebook.com/groups/353094768916438/’ icon=’entypo-right-thin’ fullwidth=’true’]On en parle aussi dans notre groupe Facebook « infirmiers en Guyane » ! [/button]

Van trip en Espagne : le désert des Bardenas Réales

Le désert des Bardenas Réales, on en rêvait depuis un petit moment déjà. Sur le papier, l’endroit fait rêver : situé dans la région de Navarre, le désert des Bardénas Réales est un lieu unique en Europe où il est possible de se balader dans une réserve naturelle longue de plus de 40 000 hectares. Le lieu est grandiose et vous transporte inévitablement, le parallèle avec le Mexique est inéluctable. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls à faire cette comparaison, puisque c’est Ridley Scott Himself qui le dit aussi et qui décida de tourner quelques scènes ici pour son film « Cartel » sorti en 2013.

Carte-des-Bardenas-Reales

« Dépaysement », c’est le sentiment qui caractérise le mieux ce désert, et c’est ce que nous voulions. Être transporté dans un endroit à l’allure semblable aux pampas d’Amérique du Sud. Alors si vous le voulez bien,  on vous embarque avec nous à bord de notre van VW T4 Syncro pour une longue balade (poussiéreuse) dans le désert et cela à même pas à 2 heures de la France.



Van trip en Espagne : le désert des Bardenas

Nous sommes au moins de Juillet et il fait chaud, très chaud. Après 2 jours à Pampelune, nous décidons de quitter la foule de la San Fermin pour prendre la route de la région de Navarre en direction du désert des Bardenas Reales. Sur la route le décor change très rapidement, le contraste avec le centre-ville est frappant, plus on s’éloigne de Pampelune et plus l’environnement devient sec et aride.

Espagne-Bardenas-8445DCIM106GOPRO
Espagne-Feria-Pampelune-1-18Espagne-Bardenas-1-33Espagne-Feria-Pampelune-8292

Si vous venez de Pampelune, nous vous conseillons de passer par le Monastère de La Oliva situé non loin de la ville de Olite. C’est un Monastère de la région de Navarre encore habité par des moines, il est donc possible de les croiser lors de votre balade à l’intérieur. Une fois la visite du monastère de la Oliva carcastillo terminée, il est possible d’entrer dans le désert des Bardenas Reales par son entrée Nord, c’est à dire par la ville d’El Paso.

Il faut savoir que le désert des Bardenas est séparé en 3 parties, Les Bardenas Blanca (au centre des Bardenas), Bardenas Negra (la partie sud) et El Plano (au nord).

Carte des bardenas reales

Avant d’entrer dans le désert des Bardenas Reales, nous vous conseillons de vous rendre au point d’information à l’entrée du désert des Bardenas Reales. Il est situé par l’entrée ouest des Bardenas Reales, c’est à dire en entrant par la petite ville de Arguedas au sud de Pampelune. Même si les sentiers sont bien balisés, n’hésitez pas à demander une carte en papier (gratuite) au gardien du point d’information. Ce sera aussi l’occasion d’en savoir un peu plus sur la faune et la flore qui composent les payasages des Bardenas Reales.

Balade autour du polygone de tir dans les Bardenas Blancas

En guise de mise en bouche-nous décidons de parcourir la piste qui faite le tour du polygone de tir dans les Bardenas Blancas. C’est une zone militaire, utilisé comme centre d’entrainement pour l’Armée Espagnole, en y passant à proximité il vous sera interdit de vous arrêter devant ou de pénétrer sur la zone balisée sous peine de gros problème.

Bardenas Reales le polygone de tir
Espagne-Bardenas-8615Espagne-Bardenas-1-5 Espagne-Bardenas-1-6Espagne-Bardenas-1-23Espagne-Bardenas-1-20Espagne-Bardenas-1-29Espagne-Bardenas-8353 Espagne-Bardenas-8373
Espagne-Bardenas-8629 Espagne-Bardenas-8646Espagne-Feria-Pampelune-1-13 Van trip en Espagne : le désert des Bardenas Espagne-Bardenas-8694Espagne-Bardenas-8710Espagne-Bardenas-8711 Espagne-Bardenas-8716 Espagne-Bardenas-8725 Espagne-Bardenas-8742Espagne-Bardenas-8761Espagne-Feria-Pampelune-1-23 Espagne-Feria-Pampelune-1-24 Espagne-Feria-Pampelune-1-27 Espagne-Feria-Pampelune-1-28

La journée se terminant, nous décidons de passer la nuit sur une aire de repos située dans la ville d’Arguedas. On sortant de notre VW T4, on découvre les ravages de la piste. Le van et nous sommes couverts de poussières ce qui, rajouté à la chaleur ambiante, nous confirme qu’il nous est impossible de dormir dans cet état.

Il ya du monde à proximité, qu’importe, on remplie notre douche portable, sortons notre tente de douche, et en 10 minutes le problème est réglé (bon un peu plus en réalité…). Le diner vite avalé, on sort notre tablette pour regarder un match de la coupe du monde de Football, mais nous ne tenons pas, le sommeil nous emporte très rapidement…

Espagne-Feria-Pampelune-1-30Espagne-Feria-Pampelune-8455
Aprés une nuit rythmée au son des moustiques, nous prenons la direction Del Plano au nord des Bardenas, pour nous rendre au lac de El Ferial. Vous pouvez partir d’Arguedas pour accéder à ce sentier. Juste avant d’entrer dans les Bardenas, vous tomberez sur l’église de Notre Dame de la Yugo. Je vous conseille de faire un stop, c’est un site magnifique. Ils ont d’ailleurs aménagé 2 miradors qui offrent des vues panoramiques sur les Bardenas. Il y a également une auberge où vous pourrez vous restaurer mais ce n’est pas tout : le site dispose de points d’eau où vous pourrez faire le plein de votre reserve! Nous n’avons pas passer la nuit ici, mais l’endoit s’y prête à merveille.



Espagne-Feria-Pampelune-8318
Espagne-Feria-Pampelune-8483 Espagne-Feria-Pampelune-8489Espagne-Feria-Pampelune-8503 Van trip en Espagne : le désert des Bardenas

Espagne-Bardenas-8568

Traverser le désert des Bardenas avec notre van VW T4 Syncro est une expérience inoubliable, l’érosion a fait un travail extraordinaire et exerce son attraction comme prévu. Nous tenions tout de même à préciser que nous sommes un peu déçus, nous pensions pouvoir faire plus de hors-piste, ce qui est interdit sans autorisation spéciale. Il est aussi interdit de s’aventurer hors des sentiers balisés, le désert est une réserve naturelle protégée. Il est bien plus intéressant de laisser votre voiture ou votre fourgon à l’entrée du désert et de le parcourir en vélo ou à pied. Vous pourrez ainsi découvrir des endroits interdits aux voitures.

D’un point de vue personnel, nous avons particulièrement aimé nous balader dans les Bardenas Blanca, le paysage est vraiment hors du commun. De grandes étendues arides, assez peu de monde pour se sentir seul dans ce désert et des rapaces qui survolent la zone… Nous avons fait les 2 petites randos balisées, qui sont très faciles (attention aux moustiques !). L’une permet de monter un sommet pour admirer à 360° le paysage. Même s’il n’y a pas de difficulté particulière je conseillerai tout de même d’avoir des chaussures adaptées pour ne pas glisser. L’autre vous amènera au creux d’une sorte de canyon, certains rapaces niches dans ces parois.

Où manger à proximité des Bardenas Reales ?

Nous n’avons pas trouvé de quoi faire des courses à proximité des Bardenas. L’idéal est de s’arrêter dans la ville de Olite et faire vos petites courses, surtout si vous partez pour 2 ou 3 jours pour les Bardenas.

Où Dormir à proximité des Bardenas Reales?

il est interdit dans dormir dans la réserve naturelle des Bardenas Reales. Les gardes forestiers veillent, ne pensez pas vous cacher malgré la large zone étendue. Ils roulent en 4×4 et connaissent les sentiers sur le bout des doigts. Une des possibilités est de dormir dans la ville d’Arguedas. À la sortie de la ville vous trouverez une petite aire de camping car, situé à côté de grottes troglodytes (des cuevas). Attention aux Moustiques qui sont féroces par ici

 

Vantrip #2 l’ile de Noirmoutier en van aménagé

L’aménagement de notre van VW terminé, nous profitons désormais de chaque week-end pour découvrir des coins sympas aux 4 coins de la France. En 2014 et jusqu’à notre départ pour des destinations plus lointaines nous essaierons de partager nos week-ends en van dans le but de vous faire découvrir des coins tous les plus sympas les uns que les autres.

La destination choisie pour inaugurer cette nouvelle série « #Vantrip », est l’île de Noirmoutier. Située dans l’atlantique et à proximité de Nantes, c’est une île qu’on nous a conseillé de visiter hors saison, tant elle est populaire et fréquentée dès les premières chaleurs arrivées.

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)

Vantrip #2 l'ile de Noirmoutier en van aménagé

L’île n’est pas très grande et il est assez rapide d’en faire le tour en van. Même au mois de mai, l’île est une destination assez populaire des familles et des retraités. Vous souhaitez y faire un tour en camping-car, en van ou tout autre véhicule aménagé, on vous l’annonce de suite,  il sera très difficile de trouver un coin sympa et tranquille pour y passer la nuit, ces difficultés sont décuplées en pleine saison.

Vantrip #2 l'ile de Noirmoutier en van aménagé

Vantrip #2 l’ile de Noirmoutier en van aménagé

L’île dispose de 3 aires payantes pour camping-car, mais comme nous ne sommes toujours pas fan d’être parqué comme des sardines, sur du goudron, avec une vue sur route et sur culs de camping-car, en décide donc d’aller voir ailleurs si nous y sommes. En cherchant et en nous aidant de Google map et de notre application favorite Park4night, nous passons notre 1ère nuit sur la plage des sableaux sur un parking désert et face à la plage. Pendant notre repas et avant de nous coucher, nous avons ainsi pu profiter d’un sacré coucher de soleil sur l’océan.

Comme nous vous le précisions dans le début de cet article, la prudence sur l’île est de mise. Les gendarmes rodent. Nous avons pu constater lors de nos précédents trips en France que plus l’endroit est réputé et plus il était difficile d’y dormir…Lacanau, Carnac, Noirmoutier… Les nombreux panneaux de restrictions et d’interdictions sont là pour vous le rappeler en cas d’amnésie.

Pour les camping-cars, il n’y a pas d’autre choix que de dormir sur les 3 aires présentes sur l’île. Pour les vans, il existe de nombreux parkings avec vue sur mer, dont quelques un, limités à 2 mètres de hauteur.

En tout cas, nous, on décide de tenter notre chance le temps d’un week-end. Même pas peur !

Après une bonne nuit bercée par le bruit des vagues, comme à notre habitude et comme vous pouvez le voir sur notre compte instagram, nous aimons commencer la journée par une graaande tasse de café. Alors que Yohan s’occupe du fameux breuvage, Florence, elle, commence sa journée par une balade sur la longue plage des sableaux avec notre chien, Youki. Malgré la condensation présente sur les vitres, nous constatons que nous avons des voisins, surement arrivées dans la nuit, nous constatons que c’est un couple de Suisse à bord d’un Vito aménagé.

Au loin on peut encore admirer un léger voile de brume qui flotte légèrement au-dessus de la plage qui est encore déserte à cette heure-ci. Le soleil quant à lui amène enfin sa douce chaleur sur notre peau, chaleur que nous attendions depuis de nombreux mois maintenant !

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-13

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-3
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-5
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-6
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-7
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-8

La journée s’annonce magnifique, le soleil tape sur la tôle du van et la température à l’intérieur devient vite difficile à supporter . Après un petit déjeuner vite avalé, on décide alors de remonter la plage des Sableaux. On réalise quelques clichés, puis on reprend la direction du van pour y prendre nos vélos pour une balade jusqu’à l’avenue Georges Clemenceau pour y acheter du pain.

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-10
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-11
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-14
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-16

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-18
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-20

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-22
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-23
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-29
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-24
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-25
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-27
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-35
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-34
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-36
Nos baguettes achetées pour le repas de midi, on constate que notre petit coin paisible, où nous avons passé la matinée ne l’est plus vraiment ! C’est l’invasion et de tous les côtés ! Qu’importe, la chaleur elle aussi est là et cela fait tellement du bien après ces longs mois d’hiver. On installe donc notre table dehors et on commence à faire notre petite popote. Au menu ce midi : Salade grec avec féta et mozzarella, concombre, poivrons rouges, échalotes et vinaigrette, une salade verte et un peu de fromage basque.
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-37
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-38
Après notre repas nous décidons d’aller à la recherche d’eau potable pour la suite du séjour. Comme nous le conseillons dans notre article, nous trouvons notre bonheur au stade municipal,en effet un robinet d’eau fraiche sera à notre disposition au niveau du terrain de basket-ball.
Le réservoir d’eau plein, on décide de partir un peu en avance à la recherche d’un endroit pour dormir et  s’y installer. Nous pourrons aussi profiter du soleil qui tape encore pour prendre le temps de se doucher et faire la cuisine dehors. Nous trouvons l’endroit parfait dans la ville de l’Epine, et cerise sur le gâteau prés des marais salant.
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-39
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-40
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-42
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-43

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-45
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-46

Le lendemain matin après une nuit encore au calme, on décide de prendre nos vélos pour une balade à travers les salines de Noirmoutier. Les sentiers sont bien balisés et aussi très empruntés en ce dimanche matin. La météo quant à elle est à son beau fixe, c’est vraiment agréable cette chaleur sur vos bras pendant que vous êtes en train de pédaler, nous nous sentons définitivement en vacances. Sur notre route, nous passons sur des petits ponts en bois et croisons de nombreuses baraques de producteur de sel de Noirmoutier où il est possible d’acheter du sel. Pensez donc à prendre votre portefeuille !

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-47
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-48

Après notre balade nous prenons la direction de la plage vers le port de plaisance de la ville de Noirmoutier, c’est l’endroit idéal pour manger face à la plage, attention tout de même aux barrières situées à plus de 2 mètres de hauteur.

Et c’est sur cette note que notre week-end sur l’ile de Noirmoutier prend fin. Nous vous donnons rendez-vous très vite pour de nouvelles aventures 🙂

Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-50
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-52
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-53
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-54
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-55
Ile de Noirmoutier en van aménagé (1 sur 1)-56

Reunion Island a short story

 

L’ile de la Réunion et moi, c’est une longue histoire qui a commencé alors que je n’étais qu’un gamin de 10 ans. Bon, en réalité, cette histoire elle a commencé bien plus tôt que ça mais mes parents ne m’en voudront pas, je pense, si je vous dis que je ne m’en rappelle pas.

Yohanneige

 Yohan

L’ile de la Réunion et moi, c’est une histoire qui s’est accélérée quand mes parents ont été mutés là-bas. J’ai dû rapidement quitter mes amis de l’école du chemin vert dans le centre de Bobigny, faire mon deuil de ma vie parisienne pour une nouvelle vie sous les tropiques. J’étais jeune, c’est vrai, mais je m’en rappelle comme si c’était hier. Les premiers mois sur l’île furent difficiles, moi ce gamin du 93, balancé sur une île de 800 000 habitants, il m’a fallu m’habituer à un nouveau rythme de vie et à de nouveaux codes, pour au final commencer une nouvelle vie.

Yohanbassinbleu

L’île de la Réunion, on peut dire que c’est une histoire d’amour qui avait mal commencé, mais avec le temps et grâce à ma famille, j’ai appris à la comprendre et à l’aimer. Il faut dire que j’avais mes repères dans le 93, au quotidien mon regard était posé sur les barres d’immeuble qui étaient dressées devant les fenêtres de notre appartement du 20éme étale de notre résidence.  Je me souviens de ces matins-là où j’allais à l’école à pied, j’étais rejoint en chemin par mes copains de classe Michael, Fatima, François et Marie. Pendant les week-ends d’hiver, j’aimais mettre cette parka bleue  achetée au centre commercial Bobigny 2 et aussi parfois, comme tous les banlieusards, j’aimais prendre le métro et me promener à châtelet les halles ou faire des courses à la Défense. À Bobigny j’avais aussi mes petites habitudes, je trainais souvent en bas de mon immeuble, c’était l’occasion pour moi de m’amuser avec mes copains de l’époque, avec Nadine nous aimions nous salir dans le bac à sable du square de mon quartier.

abonnement033

À l’île de la Réunion, j’ai appris à vivre en ayant un regard à 360°, terminé les kebabs, le périph et les embouteillages. J’ai appris à rythmer mon quotidien avec le soleil, la chaleur et les cyclones. J’ai dû abandonner le judo que je pratiquais au dojo de Drancy, pour me mettre à la pratique du bodyboard du côté de Saint-benoit. J’ai dû rapidement me sevrer du mac Do, pour m’habituer au pain bouchon piment Sihave de Bras Canot.

Reunion Island a short story

L’île de la Réunion et moi, au final, c’est une histoire courte, car j’ai encore aujourd’hui du mal à la raconter. Et pourtant, chose étonnante, 20 ans après,  je n’attends qu’un mot d’elle pour pouvoir y retourner.

 

Mon reveillon de la St-Sylvestre sur une plage de l’ile de la Reunion

Si vous nous suivez sur notre page Facebook et sur notre compte Instagram, vous savez que Yohan est parti depuis bientôt 2 semaines en stage à l’Ile de la Reunion. Mon IFSI (institut de formation en soin infirmier) m’a très sympathiquement donné l’autorisation d’effectuer 2 stages au GHER de Saint-Benoit (aux urgences et en médecine polyvalente). Je me suis mis immédiatement à la recherche d’un billet d’avion pas trop cher. Pour cela, j’utilise souvent des comparateurs de vol tel que momondo. Une fois mes billets achetés, mes conventions de stages signés et ma valise bouclée, je me suis envolé vers Saint Denis de la Réunion pour la période des fêtes. En effet cette année, j’ai la chance de pouvoir faire le réveillon de la St-Sylvestre sur une plage de l’ile de la Réunion. De mémoire je n’ai pas eu l’occasion de passer les fêtes de fin d’année sur l’île et avec mes parents depuis plus de 10 ans maintenant. J’étais donc un peu obligé de vous ramener quelques photos et de vous raconter ce réveillon à la mode Réunionnaise, sur une plage de sable chaud et avec 30 degrés de température ambiante.

Mon reveillon de la St-Sylvestre sur une plage de l’ile de la Reunion

Les Réunionnais aiment et savent faire la fête. Depuis le temps que je vous le dis maintenant, c’est un fait avéré. Depuis quelques années les Réunionnais habitant en Métropole et de plus en plus de touristes viennent fêter leur soirée du réveillon sur les plages de l’ouest de l’Ile. Le temps est plus que clément de ce côté de l’ile, St-Gilles est la station balnéaire principale de l’ile, c’est ici que l’on retrouve les plus longues plages de sable fin, la plus connue d’entre elles :  l’Ermitage. Si vous aussi vous souhaitez investir les lieux de votre stand et de votre barbecue pour la soirée du 31, il y a de la place au bord des étendues de sable et sous les filaos , mais il va tout de même falloir vous y prendre à l’avance pour reverser votre lopin de plage pour avoir une chance d’avoir une place de choix le soir du réveillon.

Cette année dans notre famille nous serons nombreux à être tous ensemble pour trinquer à la nouvelle année, il va donc nous falloir pas mal de place. Nous nous y sommes donc pris 2 jours avant, pour « réserver » notre bout de terrain, certains étaient même là depuis le 25 décembre. Le système pour reverser son carré de plage est assez surprenant pour un néophyte comme moi. Mais le système est assez simple et fonctionne plutôt bien : premier arrivé, premier servi. Vous venez, vous repéré votre parcelle de sable et vous délimité. Les gens respectent assez étonnamment les parcelles délimitées, de même pour la maréchaussée, pas d’amende ni de rappel à l’ordre. La vision est surprenante vue de loin, la plage est jonchée de ruban orange et blanc, vous savez le fameux ruban pour délimiter les travaux la, eh bien la il y en a partout et enroulé aux arbres, c’est vraiment le bazar ( pour ne pas dire bordel). Si j’étais un touriste (on peut dire que j’en suis un), j’éviterai de venir à la plage à ce moment la de l’année, tout du moins à l’ermitage, la vision n’est vraiment pas idyllique. Heureusement pour me consoler les couchers de soleil, eux sont toujours aussi fantastiques. Et ceci lance ainsi le début de la soirée.

Mon reveillon de la St-Sylvestre sur une plage de l'ile de la Reunion 31 décembre
 
 

Noel à la Reunion-2983

Noel à la Reunion-2986

Noel à la Reunion-2990

Noel à la Reunion-2991
Noel à la Reunion-2994
Noel à la Reunion-2998IMG_3088
IMG_3094
IMG_3106
IMG_3111
IMG_3127
IMG_3129
IMG_3143
IMG_3144
IMG_3152
IMG_3161
IMG_3181

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers avec une Gopro

À quelques jours de Noël, nous sommes partis en road Trip dans notre fourgon VW T4 syncro pour visiter Angers et son marché de Noël. Nous en avons profité pour ressortir notre Gopro et de tourner une vidéo entière avec elle. Après quelques heures de route, nous  découvrons Angers à pied sous une lumière magnifique, les conditions sont donc parfaites pour fixer notre GoPro  sur notre manche télescopique.

Les photos de cet article ont été réalisées avec notre Canon 5D Mark II, chacun avait donc son joujou pour visiter la ville ! Florence l’appareil photo, Yohan la GoPro !

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro

Avant de partir, nous cherchons toujours une solution pour nous garer facilement et surtout gratuitement dans une ville. C’est assez stressant de visiter, se balader en sachant que l’horodateur tourne et qu’il va falloir remettre de l’argent dans la dite machine… Sur ce point, la ville d’Angers marque des points  : un grand parking libre d’accès existe et à deux pas du centre. C’est une chose plutôt rare et qui mérite d’être soulignée.

Pour commencer votre visite d’Angers, nous vous conseillons donc de vous garer sur ce grand parking gratuit situé place La Rochefoucauld. Il y a une partie de ce parking qui est accessible sans limites de hauteur, ce qui n’est pas négligeable quand on a un véhicule comme le nôtre qui flirte avec les 2 mètres. Ensuite vous n’aurez plus qu’à traverser le pont et vous serez en plein centre-ville, et cela en moins de 5 min.

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers
van-trip-visite-angers-71
Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro
Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro
 

Quoi faire à Angers : se balader en centre ville

Du  point de vue de Florence, le  premier point fort d’Angers : c’est son coeur de ville, en effet Angers est une des rares cités françaises que nous avons pu visiter, à faire de son centre-ville son premier « centre commercial ». Pourtant il existe bien des galeries commerçantes en périphérie comme l’atoll et bientôt l’arena, mais le centre historique lui est plein de charme, avec beaucoup de commerces indépendants, insolites… C’est donc très agréable d’y faire ses achats et de flâner dans ses rues piétonnes au riche patrimoine, car inévitablement nous avons plutôt l’impression que c’est une tendance qui tend à disparaitre. Les villes pour des raisons qui leur appartiennent ( pollution, fiscalité…) ferment de plus en plus l’ accès à l’hyper centre aux voitures, avec pour certaines villes mêmes l’impossibilité totale de se garer. Ce qui a pour conséquence de faire fuir les badauds vers la périphérie et les grands centres commerciaux. La ville ici est plutôt jeune, et ça s’entend, ça fait du bien entendre cette population parler toutes sortent de langues au détour d’une rue, la communauté étudiante y est d’ailleurs représentée en nombre.

La ville d’Angers a de larges avenues espacées avec de nombreux parcs verdoyants. Son tramway se fond dans l’architecture, la place du ralliement est modernisée, mais a su garder son cachet avec ses restaurants, ses terrasses. Ce qui remarquable c’est sa propreté, son architecture, ses rues piétonnes bien aménagées pour les handicapés. J’ai apprécié flâner en levant la tête et admirer les immeubles haussmanniens pourvus de balcons ouvragés. Au détour des ruelles, on peut apercevoir les jardins cachés derrière les portails.

 

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro

van-trip-visite-angers-11

Le marché  de noel d’Angers

Nous allions oublier de vous parler de l’objet de cet article : le marché de Noel d’Angers. Autant être franc, le marché de Noel d’Angers est plutôt quelconque, surtout quand on connaît le marché de Noel de Strasbourg. Bon c’est agréable de se balader et de zigzaguer à travers les allées de chalets. Mais les produits qui y sont vendus ne sont pas vraiment intéressants. Idem pour la nourriture qui est quand même notre carotte lors de nos pérégrinations, et là… bof.

Ce qui nous a manqués ? La magie et le rêve surement… À Strasbourg vous êtes dans une véritable ambiance de fête, ce qui nous manqué clairement ici. Allez y pour la ballade, mais ne faite pas 3 heures de route uniquement pour cette cause, le déplacement n’en vaut pas la peine.

van-trip-visite-angers-78

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro

van-trip-visite-angers-82

van-trip-visite-angers-80

Le Château d’Angers

Le château d’Angers est imposant et impressionnant (comme tous les châteaux quoi).  Situé en plein centre-ville, facile d’accès et permettant d’avoir une superbe vue sur la ville d’Angers, il dispose de très beaux jardins et remparts sur lesquels faire une balade est appréciable. Ce château domine le Maine, vous y trouverez une magnifique vue depuis les imposants remparts. Il a également une plate-forme entourée de tours gigantesques qui offrent des vues uniques sur la ville. Les jardins sont également très beaux.

Angers est une ville coavec plusieurs visages, tantôt moderne, tantôt traditionnelle,  elle a  su conserver ses « vieilles pierres », ce qui lui confère un grand pouvoir d’attraction lorsque l’on est, comme Florence, amoureuse d’art et d’histoire. Musées, rues pavées, façades d’époque : que de merveilles à voir et à prendre en photo !

van-trip-visite-angers-85

van-trip-visite-angers-88

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers

Bateaux et bords du Maine

L’autre point fort d’Angers est définitivement d’être une ville dépouillée et ouverte sur la nature , idéale pour décompresser grâce aux espaces naturels, la Maine, la Loire l’ile Saint-Aubin, et les parcs, jonchent de partout, on trouvera toujours un coin tranquille et à l’air libre pour lire son bouquin, écouter sa musique, faire son jogging…

Au soleil couchant, nous avons pris le chemin du retour en logeant la Loire. Je crois qu’au final, c’est ce que j’ai le plus apprécié. Prendre du recul sur le coeur de la ville et la regarder de l’autre côté de la Rive. Un petit port de plaisance a d’ailleurs était aménagé et les couleurs automnales de saison nous y laissent songeurs.


van-trip-visite-angers-52

Road Trip en fourgon, visites et Marché de Noël à Angers / gopro
van-trip-visite-angers-56
van-trip-visite-angers-57
van-trip-visite-angers-60

van-trip-visite-angers-58